Société du Canal Seine-Nord Europe

Apprenez-en plus sur le Canal Seine-Nord Europe

Qu’est-ce que le Canal Seine-Nord Europe ? Quels sont ses objectifs et son ambition au cœur de la Région, de la France et de l’Europe ? 

Le Canal chez vous

Vous souhaitez connaître le projet au plus près de chez vous ? Retrouvez les informations qui vous concernent sur le site de votre territoire.

4 questions à Kateline Ducat

Publié le 16 novembre 2021
Kateline Ducat, chargée de mission archéologie préventive à la Société du Canal Seine-Nord Europe

En quoi consiste l’archéologie préventive ?

Réalisée en amont des travaux d’aménagement du territoire, l’archéologie préventive vise à connaître et sauvegarder le patrimoine enfoui.

En premier lieu, les archéologues procèdent au diagnostic du terrain, phase durant laquelle ils dégagent et observent les sous-sols. Si des vestiges significatifs sont identifiés, l’État, via le Service Régional de l’Archéologie (SRA) prescrit alors une étape de fouille permettant de les étudier. Ces deux étapes accomplies, le SRA prononce une libération de toute contrainte archéologique, ce qui autorise le début des travaux sur les parcelles.

Quel rôle jouez-vous dans la réalisation du Canal ?

J’assure la maîtrise d’ouvrage du volet archéologique du projet, en relation avec le SRA et l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) ou les services d’archéologie des collectivités qui réalisent les travaux.

En amont des opérations, je sollicite les opérateurs fonciers pour libérer les terrains, puis, durant les campagnes, je veille au respect du cadre défini par l’autorisation environnementale, en lien avec le service environnement de la SCSNE et avec l’aide d’écologues* privés.
Je travaille en étroite collaboration avec les équipes techniques de la SCSNE, notamment pour coordonner les opérations d’archéologie
avec le planning des travaux.

“L’archéologie préventive permet de bien connaître le territoire et d’en sauvegarder le patrimoine. ”

Que se passe-t-il lorsque des vestiges archéologiques sont découverts ?

Le site est topographié** et une reconstitution 3D peut être réalisée si des pièces intéressantes sont trouvées. Tous les objets sont récupérés par les archéologues pour être étudiés en laboratoire par des spécialistes, comme des céramologues, des archéozoologues, ou encore des anthropologues. Un rapport est ensuite établi par l’Inrap et, après validation par le SRA, les services de l’État récupèrent et conservent les vestiges. Ils peuvent alors être proposés à des musées pour leurs collections ou pour des expositions.

Quelles précautions prenez-vous dans l’organisation de vos interventions sur le terrain ?

La SCSNE veille à faire avancer le projet du Canal en limitant les impacts pour les habitants et l’environnement du territoire, ce qui conditionne notre organisation. Par exemple, pour procéder à un diagnostic sur un terrain agricole, nous intervenons autant que possible après les récoltes.

Ailleurs, la présence de certaines espèces de faune ou de flore, peut nous conduire à planifier nos interventions après qu’elles ont été déplacées. Enfin, si le SRA demande le diagnostic d’une parcelle boisée, nous ne pouvons le réaliser qu’en dehors des périodes de nidification (entre le 15 septembre et le 15 janvier ou 15 mars, suivant les espèces).

* L’écologue est un scientifique spécialisé en écologie qui intervient pour limiter l’impact des activités humaines sur l’environnement et la biodiversité. 

 ** Topographier un terrain consiste à le représenter sur un plan avec les formes et les éléments, naturels ou artificiels, qui le composent.