Société du Canal Seine-Nord Europe

Apprenez-en plus sur le Canal Seine-Nord Europe

Qu’est-ce que le Canal Seine-Nord Europe ? Quels sont ses objectifs et son ambition au cœur de la Région, de la France et de l’Europe ? 

Le Canal chez vous

Vous souhaitez connaître le projet au plus près de chez vous ? Retrouvez les informations qui vous concernent sur le site de votre territoire.

L’essentiel du Canal

Le Canal Seine-Nord Europe, grand projet d’aménagement du territoire alliant performance technique, respect de l’environnement et sécurité, va relier Compiègne, dans l’Oise, à Aubencheul-au-Bac, dans le Nord, d’ici 2030. Ce canal à grand gabarit de 107 kilomètres de long et de 54 mètres de large est un maillon essentiel de la liaison fluviale Seine-Escaut, qui connectera le réseau français aux 20 000 km de voies européennes. Il permettra ainsi le développement du fluvial, solution écologique de transport de marchandises, et facteur de compétitivité des productions et d’attractivité des territoires. Ce grand chantier est un investissement de plus de 5 milliards d’euros financé par l’Union européenne, la France et les Collectivités territoriales qui pilotent la Société du Canal Seine-Nord Europe (SCSNE), établissement public qui en assure la maîtrise d’ouvrage.

Pourquoi ?

Canal à grand gabarit, le Canal Seine-Nord Europe pourra accueillir des péniches mesurant jusqu’à 185 mètres de long et 11,40 mètres de large. Une petite révolution dans le secteur, alors que l’actuel Canal du Nord, beaucoup plus étroit, représente aujourd’hui un véritable goulet d’étranglement.

Les marchandises acheminées entre le bassin parisien, les Hauts-de-France, les ports de Dunkerque, le Havre, Rouen et le nord de l’Europe pourront ainsi davantage transiter par voie fluviale, ce qui soulagera le réseau routier, saturé par les camions. Les bateaux grand gabarit peuvent en effet transporter jusqu’à 4 400 tonnes de marchandises chacun, soit l’équivalent de 220 camions. Ainsi, le passage d’un convoi fluvial de 4 400 tonnes toutes les 1/2h équivaut à un camion toutes les 5 secondes.

On estime, quelques années après sa mise en service, que le Canal Seine-Nord Europe permettra d’acheminer de l’ordre de 17 millions de tonnes de marchandises par an et de réduire le trafic routier de 1 million de poids-lourds en France, et même de 2,3 millions à l’échelle européenne de la liaison Seine-Escaut. A la clé, un bilan carbone qui démontre, sur 40 ans, une économie de plus de 50 millions de tonnes de CO2. Une façon de répondre aux enjeux climatiques et énergétiques du 21ème siècle.

Ouvert 24h/24, 360 jours par an, le Canal Seine-Nord Europe pourra être traversé en 16 à 19 heures en moyenne, contre une trentaine d’heures par le réseau fluvial actuel.

Lire la vidéo

Maillon central de la liaison fluviale Seine-Escaut

L’ouverture du Canal Seine-Nord Europe concrétisera la liaison Seine-Escaut en tant que premier réseau fluvial européen. Longue de 1 100 kilomètres de fleuves, rivières et canaux navigables à grand gabarit, Seine-Escaut constituera un grand corridor économique et écologique qui irriguera les territoires entre Le Havre, l’Île-de-France, les Hauts-de-France, Dunkerque et la Belgique.

Grâce à Seine-Escaut, le bassin de la Seine sera désenclavé : les grands bateaux pourront librement circuler vers et depuis le nord de la France et de l’Europe permettant de bénéficier de l’ensemble des atouts de la voie d’eau : coûts de transport réduits et faibles émissions de gaz à effet de serre par la massification sur de grands bateaux.

La mise en œuvre de Seine-Escaut est le fruit d’un partenariat entre la France (Collectivités territoriales et Etat), la Flandre et la Wallonie avec le soutien de l’Europe. Elle représente un investissement de l’ordre de 8 milliards d’euros qui comprend la construction du Canal Seine-Nord Europe (5,1 Mds€), la modernisation et l’amélioration des performances navigables et environnementales de fleuves et rivières (la Seine, l’Oise, la Lys…) et de canaux en France et en Belgique.

Découvrez le site internet du réseau Seine-Escaut.

Les grandes caractéristiques du Canal

Défi technologique, le Canal Seine-Nord Europe bénéficiera d’équipements de pointe. Il sera ainsi équipé de 6 écluses – dont 2 avec une hauteur de chute de plus de 25 mètres – et de 3 ponts-canaux – dont le Pont-Canal de la Somme, long de plus de 1,3 km. 62 ponts routiers et ferroviaires permettront son franchissement en de nombreux points du parcours, garantissant une mobilité aisée au sein du territoire. Et une retenue d’eau à hauteur d’Allaines permettra de subvenir aux besoins en haut du Canal en cas de baisse du niveau d’eau.

Les ports intérieurs

Les 4 ports intérieurs de Noyon, Nesle, Péronne et Marquion-Cambrai, développés par la Région Hauts-de-France et les Intercommunalités, seront la porte d’entrée sur le Canal pour les entreprises d’un vaste territoire alentours où elles bénéficieront de services portuaires pour les marchandises en vracs ou conteneurisées.

Enfin, 2 sites d’accueil des bateaux de plaisance – du paquebot fluvial aux yachts des plaisanciers – sont prévus à Saint-Christ-Briost et Allaines dans la Somme. Le Canal Seine-Nord Europe est aussi un vecteur d’opportunités pour le tourisme fluvial et local, avec la possibilité de croisières et de découvertes des territoires desservis.

Les aménagements environnementaux

La protection de l’environnement est au cœur du projet. Le procédé de perméabilisation du Canal, par exemple, combinera des méthodes classiques à une solution naturelle, fondée sur le réemploi des limons et des craies déjà présents sur une partie du tracé. Des berges écologiques seront créées, ainsi que des prairies humides, des mares, des prairies sèches, autant de sites favorables à la biodiversité. Le Canal est conçu pour garantir la continuité des corridors de déplacement de la faune avec l’aménagement de berges à pentes douces, dispositifs de remontées sur la berge et d’un éco-pont dans un secteur où le Canal est en fort déblai. De nombreuses opérations de boisement et de reboisement ont commencé dès 2017 et continueront tout au long du chantier. Des aménagements environnementaux ambitieux qui permettront de replanter près de 3 arbres pour chaque arbre abattu.

Qui finance ?

L’investissement nécessaire à la réalisation du Canal Seine-Nord Europe s’élève à 5,1 milliards d’euros.

Inscrit dans une convention de financement en 2019, ce budget est réparti entre l’Europe, les collectivités territoriales et l’État français.

Il sera bouclé via par un emprunt à hauteur de 800 millions d’euros, remboursé par les recettes d’une taxe nationale à assiette locale incitant au report modal.