Actualités

Opération de boisement dans l’Oise : de la graine à la forêt

Avant même le début des travaux de construction du Canal Seine-Nord Europe, découvrez en images les étapes de l’un des premiers aménagements environnementaux réalisés en ce début de printemps. Une opération de boisement, notamment d’Ormes lisses, fruit d’un partenariat fructueux entre la Société du Canal Seine-Nord Europe, le Conservatoire Botanique National de Bailleul et le Lycée horticole de Ribécourt.

L’environnement au cœur du projet du futur Canal

Projet unique d’aménagement du territoire, le Canal Seine-Nord Europe a été pensé dès sa conception pour éviter, réduire et compenser ses effets sur l’environnement. L’ambition est de réaliser un Canal vivant, qui non seulement préserve mais amplifie à terme la biodiversité sur le territoire.

Cette opération de boisement fait ainsi partie des 700 hectares d’aménagements compensatoires prévus le long du futur Canal et aux abords. De nombreux boisements, mais aussi la plantation de haies et la restauration de zones humides ou de prairies sèches verront ainsi le jour en 2021 et au fil de la construction du Canal jusqu’en 2028. 

Plus de 6500 plants repiqués

Quelques jours ont été nécessaires pour repiquer 6500 plants sur une parcelle de 5.4 hectares à Chiry-Ourscamp, commune de l’Oise à proximité du futur Canal Seine-Nord Europe.  Ces plants d’espèces variées (Ormes lisses, aulnes glutineux, chênes pédonculés, bouleaux pubescents et saules blancs) pourront mesurer 5 mètres dès 2026 et atteindront en moyenne 20 mètres de haut à maturité. Ils viendront enrichir les zones de boisement alluvial locales (en bord de cours d’eau).

Un partenariat régional pour réimplanter l’Orme lisse dans son milieu naturel de la moyenne vallée de l’Oise

L’Orme lisse, une espèce d’Orme rare et protégée en Picardie, s’observe généralement dans les forêts de feuillus des bords de cours d’eau et les forêts alluviales.

2400 plants d’ormes lisses ont été obtenus grâce à un partenariat en deux étapes clés : au printemps dernier, le Conservatoire Botanique National de Bailleul a d’abord procédé à la récolte de graines sur des arbres au sein de plusieurs forêts de la vallée de l’Oise. Le Lycée horticole de Ribécourt a ensuite pris le relai pour la mise en culture des graines, suivant des étapes de soins minutieuses et en traçant l’origine des graines récoltées.

Ce partenariat fructueux a permis à la fois de développer et valoriser les savoir-faire locaux, et de réimplanter des espèces protégées de sources génétiques locales.

L’autorisation environnementale pour le secteur 1 a été signée par Madame la Préfète de l'Oise

L’arrêté d’autorisation environnementale du Canal Seine-Nord Europe pour le secteur 1, allant de Compiègne à Passel dans l’Oise (60), a été signé par Madame la Préfète de l’Oise le jeudi 8 avril 2021 et publié lundi 12 avril 2021. Cet arrêté autorise ainsi la réalisation des 18,6 premiers kilomètres du canal, en définissant précisément les conditions de ce chantier, dans le respect de l’environnement et du territoire.

Un arrêté qui ouvre la voie aux premiers travaux du Canal

L’Arrêté d’autorisation environnementale signé le 8 avril par Madame la Préfète de l’Oise est l’étape finale d’une procédure engagée dès 2019. Elle aura mobilisé les services de l’Etat, les acteurs territoriaux et les experts nationaux de l’environnement, ainsi que les habitants lors de l’enquête publique qui s’est déroulée à l’automne dernier. L’arrêté valide le travail de conception détaillée menée par la Société du Canal Seine-Nord Europe (SCSNE). Par cet arrêté, l’Etat précise l’ensemble des aménagements autorisés et les mesures qui devront être prises durant les travaux. L’autorisation environnementale est l’aboutissement d’un travail de longue haleine. Les études très approfondies et la concertation ont permis de concevoir des aménagements fluviaux et environnementaux qui s’insèreront harmonieusement dans la moyenne vallée de l’Oise, entre Compiègne et Passel, en respectant les enjeux humains et environnementaux.  

Et maintenant sur le secteur 1…

La signature de cet arrêté d’autorisation environnementale ouvre la voie aux premiers travaux du Canal Seine-Nord Europe. Ils s’engageront progressivement à partir de ce printemps, en particulier par la réalisation de deux giratoires à Choisy-au-Bac et Ribécourt-Dreslincourt, puis de deux quais à Ribécourt-Dreslincourt et Pimprez cet été, avant des travaux plus conséquents à partir de l’automne. Sur ce secteur de 18,6 kilomètres dans l’Oise, les aménagements environnementaux comprennent 391 ha de sites écologiques créés et restaurés. Le chantier de ces aménagements a d’ores et déjà commencé. Après les premiers aménagements de Bienville en 2017 ; la plantation au mois de mars de plus de 6 500 arbres, dont des Ormes lisses, une espèce protégée dans les Hauts-de-France, sur une parcelle de 5,4 hectares a été réalisée à Chiry-Ourscamp dans l’Oise (voir reportage sur le site du Canal Seine-Nord Europe). 17 autres sites vont être progressivement aménagés dans la vallée de l’Oise.

La Société du Canal Seine-Nord Europe va poursuivre l’information et les rencontres avec les habitants, les riverains, pour continuer à expliquer le Canal Seine-Nord Europe, son agenda, ses prochaines étapes, écouter leurs attentes et préparer le chantier à venir.

Pour plus d’informations :

Saisir les opportunités d’affaires et d’emplois du chantier Canal Seine-Nord Europe

Les partenaires de la Démarche Grand Chantier, et notamment les chefs de file des dispositifs concernés, la Région Hauts-de-France, la Chambre de Commerce et d’Industrie Hauts-de-France, Pôle emploi - direction régionale Hauts-de-France et la Société du Canal Seine-Nord Europe, ont signé ce jeudi 1er avril 2021, les conventions « Canal Entreprises », « Canal Emploi » et « Canal Formation ». Cet évènement marque le lancement de la phase visible autour de ce chantier, grâce aux dispositifs concrets mis en place pour accompagner les entreprises et les habitants du territoire pour saisir les opportunités d’affaires et d’emplois du Canal Seine-Nord Europe.

Le Canal Seine-Nord Europe, c’est jusqu’à 6000 emplois au plus fort du chantier, dont environ 3000 personnes recrutées spécialement pour le canal. Parmi elles, des professionnels à recruter et des personnes à former : demandeurs d’emploi, jeunes et adultes en insertion, ou actifs en reconversion. En générant quantité de marchés publics de travaux pour quelques 3,5 milliards d’euros de contrats de travaux, la réalisation du Canal Seine-Nord Europe développera l’activité sur le territoire. La Démarche Grand Chantier du Canal Seine-Nord Europe, copilotée par le préfet de Région et le Président de la Région des Hauts-de-France, et qui associe les Départements et tous les partenaires locaux de l’emploi, de la formation, de l’insertion et du développement économique, permet d’anticiper et d’accompagner la réalisation de ce canal, pour en optimiser les retombées économiques et sociales. Elle mobilise le tissu économique et les compétences des territoires, pour que l’ensemble des habitants en bénéficient pendant et après sa réalisation, grâce à la création d’emplois pérennes.

Transparence, dialogue et développement durable, découvrez la politique Achat de la SCSNE

La Société du Canal Seine-Nord Europe (SCSNE) est un établissement public local ayant pour mission d’assurer la maîtrise d’ouvrage publique du Canal Seine-Nord Europe. Il rassemble au sein du Conseil de surveillance les collectivités qui financent le projet, l’Etat et l’Europe. En qualité d’acheteur public, la SCSNE a engagé une démarche d’achat responsable : elle veille à la régularité et l’efficience de l’achat public, aux performances techniques et environnementales, et à l’optimisation des retombées économiques et sociales pour les habitants et les entreprises des territoires.

Dans ce cadre, afin de conforter cette orientation stratégique, le Conseil de surveillance de la SCSNE a validé le 1er octobre 2020, la politique Achat, colonne vertébrale du projet. C’est un instrument central reposant sur les 3 grands principes d’action que sont la transparence, le dialogue et le développement durable, et décliné en 10 objectifs opérationnels.

Elle s’applique aux quelques 3,5 milliards d’euros de contrats de travaux qui seront attribués dans le cadre de procédures de marchés publics. Elle invite les entreprises candidates à devenir les partenaires de la transformation durable des territoires.

Pays Noyonnais : les aménagements du Canal Seine-Nord Europe précisés

Les études et les échanges avec les acteurs du territoire (les maires, la Communauté de communes du Pays Noyonnais et la profession agricole en particulier) durant toute l’année 2020 ont permis de préciser le tracé et les mesures d’insertion du Canal Seine-Nord Europe notamment en :

  • limitant l’emprise de l’ouvrage et donc l’impact sur les terres agricoles et sur l’environnement naturel ;
  • adaptant au mieux les rétablissements routiers aux besoins du territoire ;
  • améliorant l’insertion paysagère du Canal Seine-Nord Europe avec la réalisation de berges écologiques, de plantations, ou encore de cheminements doux le long du canal.

Dans le détail, les optimisations techniques apportées au projet dans le Noyonnais sont :

  • le rehaussement de 1,50 m de la portion de canal (le bief) entre les deux écluses du Noyonnais pour limiter les mouvements de terres de 1,1 million de m3 ;
  • l’ajustement du tracé pour éviter les impacts sur la zone commerciale du Mont-Renaud ;
  • la définition détaillée des rétablissements des voiries ;
  • le déplacement du bassin de virement et du quai du port intérieur de Catigny vers le sud ;
  • le déplacement de l’écluse de Campagne vers Catigny, pour réduire les emprises sur les terres agricoles (-10,2 ha) et les terrassements nécessaires (-1,8 million de m3 ) ;
  • un travail détaillé d’insertion aux abords de Catigny (franchissements, cheminements, aménagements paysagers, restauration des sources de la Mève) ;
  • une optimisation des surfaces et de la localisation des terrains d’accueil des matériaux excédentaires, qui seront après leur aménagement prioritairement remis à l’agriculture, et à défaut valorisés en espaces paysagers.

De nombreux aspects du projet de Canal Seine-Nord Europe seront encore à préciser lors de la prochaine phase d’études en 2021 et 2022 : aménagement des berges et des accès au canal, insertion paysagère et environnementale, organisation des travaux… Tout ceci continuera d’être conduit en étroite concertation avec le territoire et ses habitants pour réussir ensemble le Canal dans le Noyonnais.